Finance durable et risques climatiques

La FINMA s’intéresse au thème des risques financiers liés au climat dans le cadre de son activité de surveillance. Elle vérifie aussi des mesures réglementaires visant à augmenter la transparence de ces risques dans le système financier. Elle observe aussi de près le risque d’écoblanchiment («greenwashing») dans les services financiers fournis et dans la distribution de produits financiers.

Les changements climatiques et les mesures réglementaires liés représentent à la fois des opportunités et des risques pour le monde financier. Différentes initiatives nationales et internationales sont dédiées à ce thème La FINMA est impliquée dans les travaux de l’administration fédérale concernant la durabilité dans le secteur financier et elle soutient aussi, par son expertise, les analyses du groupe de travail Sustainable Finance, dirigé par le Secrétariat d’Etat aux questions financières internationales (SFI). La FINMA est, de plus, membre depuis 2019 du Network for Greening the Financial System (NGFS). Ce réseau d’autorités de surveillance et de banques centrales internationales s’engage pour une prise en compte des risques climatiques et environnementaux dans le secteur financier.

Accent mis sur les risques potentiels

Conformément à son mandat, la FINMA a pour tâche principale de veiller au respect des prescriptions légales sur le marché financier. Son mandat légal consiste, en s’appuyant sur les lois existantes régissant les marchés financiers, garantir la protection des créanciers, des investisseurs et des assurés ainsi que le bon fonctionnement des marchés financiers. Elle met donc aussi l’accent, en lien avec la thématique du climat, sur les risques potentiels des établissements soumis à une surveillance prudentielle. Du point de vue de la protection des clients, le risque d’«écoblanchiment» dans les services financiers fournis et la distribution de produits financiers est important pour la FINMA.

Intégrer les risques climatiques à la gestion des risques

Le changement climatique est un facteur de risque croissant pour l’économie et la société. Pour les établissements financiers, les effets du changement climatique peuvent aussi entraîner à long terme des risques financiers importants. Le changement climatique recèle d’une part des risques dits «physiques» pour les acteurs du marché, notamment pour les entreprises d’assurance, par exemple lorsque les catastrophes naturelles dues au climat et les coûts qui en découlent augmentent. Les établissements financiers peuvent d’autre part être concernés, indirectement, par des risques dits «de transition», par exemple en raison de mesures de politique climatique contraignantes. Des actifs illiquides pourraient ainsi, dans des secteurs concernés, être exposés à des risques d’évaluation accrus dans les bilans d’établissements financiers. La FINMA souhaite que les établissements soumis à sa surveillance gèrent de manière appropriée ces risques financiers potentiels, liés au climat, sur les marchés financiers. C'est avant tout à eux de les réduire et de développer pour cela, si nécessaire, les instruments et processus dont ils disposent. Ces risques financiers liés au climat peuvent être décrits et saisis dans les catégories de risque traditionnelles, comme les risques de crédit, de marché, d'assurance ou les risques opérationnels. Il ne s’agit donc pas d’une nouvelle catégorie de risque, mais d’un nouveau facteur de risque. Les établissements financiers peuvent en principe s’appuyer sur la gestion des risques déjà existantes. Il faut cependant aussi saisir dans la gestion des risques les nouveaux développements de l’environnement et les nouveaux facteurs de risques et les gérer de manière appropriée.

Mesures prises par la FINMA

La FINMA détermine de son côté où des risques accrus pourraient se trouver en lien avec le changement climatique chez les établissements assujettis suisses (voir le monitorage des risques 2019). La marche à suivre est en principe comparable ici à celle d’autres facteurs de risque. Ses propres analyses, ajoutées aux échanges avec les assujettis, des associations, des organisations non gouvernementales et le monde académique, peuvent permettre de constater des risques financiers éventuellement accrus chez certains établissements. La FINMA met ici l'accent avant tout sur les grands établissements assujettis, pour lesquels des analyses spécifiques sont menées.

 

Elle s’occupe en outre, en vue de protéger les clients, des risques d’écoblanchiment dans les services financiers fournis et la distribution de produits financiers. Les clients ne doivent pas être trompés par des promesses irréalistes ou mensongères à propos des propriétés «vertes» des produits d'investissement par exemple.

 

La FINMA vérifie aussi des approches possibles pour une publication améliorée des risques financiers liés au climat. Une publication plus complète et uniforme, par les grands acteurs du marché financier, de leurs propres risques financiers liés au climat peut ajouter de la transparence et de la discipline.

 

Concernant la discussion à venir au sujet de la forme exacte que doivent prendre les mesures de politique climatique, il incombe aussi à la FINMA de sensibiliser les assujettis à l’égard de la problématique des risques correspondante. Dans l’ensemble, au niveau mondial, les établissements financiers et les autorités de surveillance sont encore, dans le domaine des risques climatiques, dans un processus de développement en vue d’une pratique établie. Ils travaillent notamment à développer et appliquer des approches et des instruments adéquats pour mesurer et atténuer les risques, tout en garantissant la publication transparente des risques correspondants. Dans ce contexte, le Network for Greening the Financial System (NGFS) joue, parmi les autorités de surveillance et les banques centrales, un rôle moteur.

Monitorage FINMA des risques 2020

Dernière modification: 11.11.2020 Taille: 0,48  MB
Ajouter aux favoris
Monitorage FINMA des risques 2019

Dernière modification: 10.12.2019 Taille: 0,24  MB
Ajouter aux favoris
Backgroundimage